COUPS DE COEUR DE LA MÉDIATHÈQUE

Je m’appelle Lucy Barton d’Elizabeth STROUT

Hospitalisée à New-York, Lucy reçoit la visite de sa mère qu’elle n’a pas revue depuis de longues années. C’est l’occasion pour elle de revenir sur son enfance à la recherche des plus infimes marques d’avmour reçues de ses parents, et elles n’ont guère été nombreuses. Les bavardages de sa mère lui permettent de savoir ce que sont devenus les gens qu’elle a connus. Sont-ils heureux ? Leur couple va-t-il bien ? Pourquoi ? Il est si difficile de savoir si l’on est aimé quand rien ne nous le dit…

Plusieurs niveaux de lectures – pour une histoire qui de prime abord semble assez simple – rendent ce livre passionnant. Un roman émouvant sur les rapports mère-fille et sur la pauvreté vécue par une enfant.

La tresse de Laetitia COLOMBANI

Trois femmes, Smita, Sarah et Giulia. Trois parties du monde, l’Inde, le Canada et la Sicile. Elles ne se connaissent pas, ne possèdent pas la même culture et ne vénèrent pas les mêmes dieux. Mais elles ont en commun cette volonté de s’élever au-dessus de la société, des clichés et d’elles-mêmes. Chacune de ces « amazones » devra se battre contre un monde hostile, chacune à son échelle, pour finir par devenir une autre.

Un très beau roman, dépaysant, humain et chaleureux. L’écriture simple et fluide permet de passer aisément de pays en pays et d’un personnage à l’autre.

Underground Railroad de Colson WHITEHEAD

Cora, seize ans, est esclave sur une plantation de coton dans la Géorgie d’avant la guerre de Sécession. Abandonnée par sa mère lorsqu’elle était enfant, elle survit tant bien que mal à la violence de sa condition. Lorsque Caesar, un esclave récemment arrivé de Virginie, lui propose de s’enfuir, elle accepte et tente, au péril de sa vie, de gagner avec lui les États libres du Nord.

Lauréat du Prix Pulitzer 2017, ce roman d’aventures décrit magnifiquement le monde cruel et sans espoir dans lequel se débattaient les esclaves.

 

Au fond de l’eau de Paula HAWKINS

Une semaine avant sa mort, Nel a appelé sa sœur, Julia. Qui n’a pas voulu lui répondre. Alors que le corps de Nel vient d’être retrouvé dans la rivière, Julia est effrayée à l’idée de revenir sur les lieux de son enfance. De quoi a-t-elle le plus peur ? D’affronter le prétendu suicide de sa sœur ? De s’occuper de Lena, sa nièce de quinze ans qu’elle ne connaît pas ? Ou de faire face à un passé qu’elle a toujours fui ?

Le suspens est au rendez-vous : histoire familiale, enquête et rebondissements au fil des pages.

Les filles des autres de Amy GENTRY

Il y a huit ans, Julie était kidnappée dans sa chambre en pleine nuit, sous les yeux de sa petite sœur, terrée dans la penderie. On n’a jamais retrouvée Julie, ni l’homme au couteau qui l’a enlevée. Les Whitaker ont survécu. Comme ils ont pu. Jusqu’à ce coup de sonnette, un soir de réunion familiale. C’est Julie, amaigrie par des années d’horreur. Après la surprise et la joie des retrouvailles, les incohérences s’accumulent et Anna s’interroge : cette jeune fille est-elle vraiment la sienne ? Elle ne reconnait plus son enfant. Mais l’a-t-elle vraiment connue ?

L’écrivaine joue avec le doute et les non-dits, sans jamais surjouer pour autant. Son approche de la relation mère / fille est étonnante, parfois déchirante.

Mentine de Jo WITEK

9,5 ! a hurlé papa avec une tête de serial killer. Ma fille a sauté deux classes, a le QI d’Einstein et elle n’obtient pas la moyenne à son passage en troisième ! Dans ces conditions, ce sera donnant donnant. Une année scolaire pourrie égale un été pourri.
C’est comme ça que j’ai été privée de mon stage de surf et de mes copines. La sentence est tombée : mon père me condamnait à deux mois d’exil dans le Larzac. j’allais me retrouver sous la flotte à bouffer du fromage de chèvre dans un horrible sweat en polaire.

Un roman sur la préadolescence. Mentine aborde avec légèreté le thème des enfants atteints de précocité. Des descriptions pleines d’humour pour un roman très frais.