COUPS DE COEUR DE LA MÉDIATHÈQUE

SŒURS de Bernard MINIER

Mai 1993. Deux sœurs, Alice, 20 ans et Ambre, 21 ans, sont retrouvées mortes en bordure de Garonne. Vêtues de robes de communiantes, elles se font face, attachées à deux troncs d’arbres. Le jeune Martin Servaz, qui vient d’intégrer la PJ de Toulouse, participe à sa première enquête. Très vite, il s’intéresse à Erik Lang, célèbre auteur de romans policiers, à l’œuvre aussi cruelle que dérangeante.

Février 2018. Par une nuit glaciale, l’écrivain Erik Lang découvre sa femme assassinée… elle aussi vêtue en communiante. Vingt-cinq ans après le double crime, Martin Servaz est rattrapé par l’affaire. Le choc réveille ses premières craintes. Jusqu’à l’obsession. Une épouse, deux sœurs, trois communiantes… et si l’enquête de 1993 s’était trompée de coupable ?

Excellent ! Un suspens haletant, une intrigue bien ficelée et une fin inattendue !

PASSAGER 23 de Sébastian FITZEK

Imaginez un lieu isolé. un lieu où disparaissent, année après année, des dizaines de personnes… sans laisser de trace. Un lieu rêvé pour des crimes parfaits. Bienvenue à bord. La croisière ne fait que commencer…

Suspense et intrigue garantis ! Un chef d’œuvre à dévorer sans modération. Du grand Fitzek, à l’écriture sobre, brève et efficace.

LE MANUSCRIT INACHEVÉ de Franck THILLIEZ

Aux alentours de Grenoble, une voiture finit sa trajectoire dans un ravin après une course-poursuite avec la douane. Dans le coffre, le corps d’une femme. Á la station-service où a été vu le conducteur pour la dernière fois, la vidéosurveillance est claire : l’homme n’est pas le propriétaire du véhicule.

Léane Morgan et Enaël Miraure sont une seule et même personne. l’institutrice reconvertie en reine du thriller a toujours tenu sa vie privée secrète. Sa vie ? Un mariage dont il ne reste rien sauf un lieu, L’inspirante, villa posée au bord des dunes de la Côte d’Opale, et le traumatisme de l’enlèvement de sa fille Sarah.

L’agression soudaine de son mari va faire resurgir le pire des quatre dernières années écoulées. Dans le vent, le sable et le brouillard, une question parmi d’autres se pose : vers qui , vers quoi se tourner, quand l’unique vérité est que tout vous devient étranger ?

F. Thilliez nous entraîne au fil du récit dans une mise en scène machiavélique et vertigineuse, et distille ce délicieux poison qui nous empêche de faire quoi que ce soit d’autre que de tourner les pages pour aller plus loin dans la lecture, jusqu’au dénouement, savoureux.

J’AI TOUJOURS CETTE MUSIQUE DANS LA TÊTE d’Agnès MARTIN-LUGAND

Yanis et Véra s’aiment comme au premier jour et sont les parents de trois magnifiques enfants. Mais Yanis, autodidacte talentueux dans le bâtiment, vit de plus en plus mal sa collaboration avec Luc, le frère architecte de Véra, qui est aussi pragmatique et prudent que lui est créatif et entreprenant. La rupture est consommée lorsque Luc refuse le chantier que Yanis attendait. Poussé par sa femme et financé par un client providentiel qui ne jure que par lui, Yanis se lance à son compte, enfin. Mais la vie qui semblait devenir un rêve éveillé va soudain prendre une tournure plus sombre. Saura-t-il échapper à une spirale infernale ? Son couple résistera-t-il aux ambitions de leur entourage ?

Une fois de plus, Agnès Martin-Lugand ne déroge pas à la règle et ses ouvrages sont une valeur sûre lorsque l’on souhaite passer un agréable moment de lecture. Dès le prologue, l’auteur vous envoute. L’intrigue va crescendo, à la limite parfois du thriller psychologique.

LA FILLE QUI AIMAIT LES ABEILLES de Santa MONTEFIORE

1973. Trixie Valentine est amoureuse du leader d’un groupe anglais de rock qui passe l’été sur la petite île au large de Cape Cod (Massachusetts) où elle a grandi. La jeune femme en a assez de sa vie isolée et rêve des grandes villes du monde. Elle ne veut pas finir comme sa mère, Grace, qui s’occupe des jardins des grands propriétaires depuis qu’elle a quitté l’Angleterre avec son mari, Freddie, à la fin de la guerre. Trixie ne comprend pas non plus son obsession pour les abeilles…

1937. L’Angleterre se prépare au combat et la jeune Grace Hamblin va se marier. Mais alors qu’elle est sur le point de s’engager avec Freddie Valentine, elle est déchirée entre cet amour de jeunesse et le superbe aristocrate qu’elle sait ne jamais pouvoir épouser.

Roman à deux voix et à deux époques différentes. Prenant et bouleversant, avec les abeilles en fil rouge.

LES RÊVEURS d’Isabelle CARRE

Quand l’enfance a pour décor les années 70, tout semble possible. Mais pour cette famille de rêveurs un peu déglinguée et formidablement touchante, le chemin de la liberté est périlleux. Isabelle Carré dit les couleurs acidulées de l’époque, la découverte du monde compliqué des adultes, leurs douloureuses métamorphoses, la force et la fragilité d’une jeune fille que le théâtre va révéler à elle-même. Une rare grâce d’écriture.

Une premier roman avec un style à la fois léger, subtil, pudique et émouvant. Un concentré de finesse et de grâce ! Isabelle nous offre son histoire, celle de sa famille « particulière » et son entrée en scène. Bien écrit, sincère et à fleur de peau.